Rechercher
  • Apres la pluie le beau temps

Reconnaitre le cycle de la violence conjugale

Mis à jour : mars 23


Le cycle de la violence conjugale : un processus ardu à identifier

Le cycle des violences est récurrent. Pris dans son mécanisme, il est difficile de partir ...mais pas impossible !


PHASE 1 : Le climat de tension


L’agresseur a des accès de colère, menace l’autre personne du regard, s’absente de manière prolongée ou ne parle plus durant des heures ou des jours, adopte un ton agressif… La victime se sent inquiète, tente d’améliorer le climat (de faire baisser la tension), fait attention à ses propres gestes et paroles pour ne pas contrarier l’agresseur. Elle fera tout pour lui faire plaisir : de plus en plus, elle s’ajustera à ses besoins, elle deviendra centrée sur ses humeurs. Elle développera la peur, la paralysie.

PHASE 2 : La crise ou événement violent

L’agresseur violente l’autre personne sur les plans verbal, psychologique, physique, sexuel ou économique. Il dit souvent qu’il « perd le contrôle » à ce moment. En fait, il se laisse éclater. Il prend le pouvoir. Il veut dominer la victime et utilisera tous les moyens pour y parvenir. La victime se sent humiliée, triste, a le sentiment que la situation est injuste. Elle se sent démunie, démolie. Elle ne peut exprimer sa colère de peur de s’exposer à de nouvelles violences. C’est à ce stade du processus qu’elle peut trouver la force de déposer plainte. Les formes de violences psychologiques ou physiques sont diverses mais il y a toujours une progression dans leur intensité.

PHASE 3 : Justification

L’individu violent trouve des excuses pour justifier son comportement. Il minimise la gravité de l’agression. Il invoque des problèmes de stress, de travail, d’alcool, etc. Il rétorque que la victime dramatise ou qu’elle est folle et affirme qu’elle n’avait pas à le provoquer. La victime tente de comprendre ses explications, doute de ses propres perceptions, se sent responsable de la situation et culpabilise. Elle en arrive à oublier sa propre colère, face à cette agression. Elle se dit qu’en modifiant ses attitudes et comportements à elle, la violence va disparaître !

PHASE 4 : Lune de miel

L’agresseur redevient normal, voire gentil. La vie reprend son cours. Parfois, il demande pardon pour se déculpabiliser et fait la promesse de ne plus recommencer, parle de thérapie. Il achète des cadeaux à la victime, dans le but de lui faire oublier la gravité de la situation. La femme reprend espoir, car elle retrouve l’homme qu’elle aime. Elle est donc portée à pardonner et parfois même à nier la présence de la violence dans le couple. C’est à ce moment-là qu’elle est susceptible de retirer sa plainte.

… PHASE 1 C’est une boucle sans fin et qui va crescendo.



0 vue
Après la pluie, le beau temps

Association de lutte contre les violences conjugales

Email:

Apreslapluielebeautemps66@gmail.com

Tél: 06 27 48 57 71

Recevez nos mises à jour

© 2020 par Après la pluie, le beau temps. Créé avec Wix.comUtilisation  |   Confidentialité